COMBOURG, Petite Cité de Caractère de Bretagne

Vous êtes à Combourg, Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine ?

Profitez de votre visite pour en découvrir les charmes.

Origine de la ville

Le nom de Combourg a pour origine deux racines celtiques qui ont produit les mots « combe » et « borne », signifiant « vallée-frontière ».

Créée avant le 11e siècle, date à laquelle le premier château fut édifié, la paroisse eut à subir de nombreux dommages inhérents à son rôle de protection du duché de Bretagne. La fin de la guerre de cent ans et le rattachement à la couronne française permirent sa prospérité artisanale et agricole. Grâce à sa situation géographique privilégiée entre Rennes, St Malo, Fougères  et Dinan, Combourg est restée une terre d’échanges et de rencontres.

Un patrimoine préservé

LE CHATEAU

S’il ne subsiste plus rien de l’ancien castel primitif du 11e s. édifié afin de protéger l’ancien évêché de Dol, l’actuelle forteresse présente une belle homogénéité malgré les différentes étapes de son édification entre les 13e et 15e s.

En 1761, le comté de Combourg devint la propriété du père de François-René de Chateaubriand, qui fut très impressionné lors de son arrivée à Combourg par «le château entier qui avait la figure d’un char à 4 roues ».

Toujours propriété de la famille du célèbre écrivain, le domaine subit d’ambitieuses restaurations en 1876. De cette époque date l’aménagement du parc de 25 ha, œuvre du célèbre paysagiste Denis Bühler.

 

LA TOUR DU PENDU

Accessible depuis la place des Déportés par un porche au toit couvert de bardeaux de châtaignier appelés essauves, capables de résister au temps plusieurs siècles, elle forme avec sa cour un ensemble pittoresque qui servait de cantonnement aux officiers de la garnison du château. Ce petit hôtel particulier du 16e siècle, bâti sur trompe, aurait été le théâtre d’un drame fratricide qui lui valut son nom.

LA MAISON DE LA LANTERNE

C’est au sortir de la Ruelle du Four, où se trouvait le four banal destiné à la cuisson du pain des ménages et dont le seigneur tirait un revenu, encore pavée et marquée des traces des chariots, que l’on observe le mieux la Maison de la Lanterne, l’une des plus vieilles maisons de la ville, qui  abrite l’Office de Tourisme.

Cet ancien hôtel particulier fut bâti en 1597 (sous Henri IV) par Perrine Jonchée, qui appartenait à une riche famille d’armateurs malouins. Sur le linteau de la façade sont gravés les noms de propriétaires successifs.

Servant de guet et d’éclairage public, cette robuste bâtisse en granit est flanquée d’une grosse tour percée de meurtrières. A l’arrière, rue de la Barrière, qu’on imagine aisément en véritable coupe gorge à une époque où l’éclairage public n’existe pas, une échauguette de pierre en encorbellement, percée de nombreuses meurtrières, confirme son rôle de surveillance de la ville.

L’EGLISE

De style néo-gothique et dédié à Notre-Dame, elle fut édifiée à l’emplacement d’un ancien sanctuaire par les architectes Charles Langlois (1811-1896) et Arthur Régnault (1838-1932), un des grands noms de l’architecture religieuse en Ille et Vilaine. Ses beaux vitraux proviennent de l’atelier Claudius.

L’imposant maître-autel (1897) souligne l’intérêt particulier que porte Arthur Régnault au mobilier qu’il conçoit comme un prolongement de l’architecture et ceci bien avant ses confrères.

LE RELAIS DES PRINCES

Dernier témoin de l’architecture ancienne de Combourg, cette belle maison du 16e s., judicieusement placée au pied du château, fut relais de poste et auberge. Mais elle devint célèbre quand le Marquis de Coulanges, bon viveur et cousin de Mme de Sévigné,  l’adopta comme rendez-vous de chasse.

Le pan de bois, avec remplissage de terre mélangée à de la paille, offre un coût très économique, avec une durée de vie équivalente à celle d’une construction de pierre et des qualités thermiques supérieures.

LA COUR DU TEMPLE

Cette élégante demeure sur porche du 16e s., dite « des Templiers », rappelle qu’à l’époque médiévale les moines-soldats possèdaient un vaste fief à Combourg.

Sa cour intérieure présente un bel exemple du tissu bâti du Combourg d’autrefois. En 1928, lors de travaux, on mit à jour un trésor monétaire du règne de Louis XII (1498-1515).

Bonne promenade !

Camping Municipal du Vieux Chatel - Avenue de Waldmünchen 35270 Combourg - Email : campingcombourg@gmail.com - Tél : 02.99.73.07.03
Camping Municipal du Vieux Châtel - Camping Combourg, Camping Saint Malo, Camping Mont Saint Michel - Location de mobil-home - Emplacement caravane, camping car, tente